Les DOM-TOM, les oubliés de la France

Les DOM-TOM ont changé de nom, c’est passé quasi inaperçu pour les métropolitains et aussi pour les ultra-marins. Posons-nous les bonnes questions : que savons-nous des départements, régions, territoires ou collectivités d’outre-mer ?  Comment vivent ces français d’ailleurs ? Pourquoi sont-ils considérés comme des étrangers par la France elle-même ? Des questions, auxquelles vous ne trouverez pas de réponses dans cet article, mais des questionnements plus profonds qui feront, je l’espère, réagir des personnes influentes.

Les DOM-TOM…ou plutôt les DROM-COM

Connaissez-vous bien votre géographie française ?

Nous avons 101 départements français depuis l’entrée de Mayote en 2011  au sein de la République française. 96 départements métropolitains en contant les 2 Corses (2A et 2B) pour le seul numéro 20 et 5 départements d’outre-mer se partageant eux le N°97 + 1 chiffre allant e 1 à 5 pour le moment…il reste encore de la place pour 3 autres « lands » qui voudraient venir se raccrocher à nous… si jamais, j’ai des idées…les îles Caïman, Les Seychelles…

Bon, revenons à nos îles départementales françaises, je ne parle pas ici de l’île de France.

Nos 5 îles :

971 : Guadeloupe
972 : Martinique
973 : Guyane
974 : Réunion
976 : Mayotte

Nous avons aussi les anciens TOM, les nouveaux COM, qui sont-ils ?

987 : La Polynésie française
975 : Saint Pierre et Miquelon
977 : Saint Barthélémy
978 : Saint Martin
986 : Wallis et Futuna reste encore en TOM mais ça ne choque personne que le terme n’existe plus pur personne !
988 : La Nouvelle Calédonie est dotée d’un statut hors normes : Collectivité sui generis.

Inclassable ! Et au fond, ce n’est peut-être pas si mal !

Depuis 2003, le nom de ces îles et territoires français ont changé de nom.

Ils ne se nomment plus Départements d’Outre-Mer pour les DOM, non, maintenant, il faut dire : DROM pour « Départements et Régions d’Outre-Mer ». Pour les TOM les anciens Territoires d’outre-mer, il faut les appeler les « Collectivités d’outre-mer ».

Je trouve que l’Etat français fait beaucoup d’efforts pour nommer, dénommer, dénominer, renommer…mais que fait-il pour ces  nouveaux renommés ?

Combien de métropolitains sont au courant que les DOM-TOM ont changé de nom ?

Assister pour mieux contrôler

 On ne va pas s’étendre longtemps sur les origines de la possession de ces « lands » par la France. Ce n’est pas un cours d’Histoire, juste quelques éléments avant de parler d’aujourd’hui.

Il était une fois, au-delà des mers et des océans, des peuples qui vivaient paisiblement de la chasse, la cueillette et la pêche. Ces personnes avaient la couleur de la peau brunie par le soleil. Ils n’étaient pas très nombreux et il y avait assez à manger pour tout le monde. Le soleil brillaient, les oiseaux chantaient, les peuples aussi, les fleurs poussaient…les enfants aussi. Les arbres étaient grands, l’herbe haute, les fruits et légumes étaient particuliers pour des occidentaux mais tellement communs pour eux. Ils ne connaissaient pas la faim, ni le froid, ni la soif…tout sur ces îles ou territoires était richesse…

L’homme couleur du froid a tenté un jour de prouver que la terre était ronde et qu’en partant vers l’ouest on pouvait revenir au point de départ sans jamais faire demi-tour. En gros c’est ça, mais pas que, bien sûr. Juste pour dire que c’est par hasard que ces peuples ont sombré dans la pauvreté, l’esclavage, la domination du blanc. Enfin, ceux qui sont restés en vie, car la quasi totalité des amérindiens des Antilles ont été massacrés et remplacés par des africains importés par bateaux échangés contre des pacotilles.

Quand l’homme blanc a fait une connerie, il n’est pas question qu’il répare, reparte et efface ce lieu de sa mémoire, non…il va annoncer partout qu’il a découvert un nouveau land et qu’il l’appellera comme ça parce que c’est lui qui l’a trouvé, comme un digne chasseur de trésor. Trésor, il y a, mais inventeur, laissez-moi douter.

Les petites pirogues, radeaux, canots, barques faisaient pâle figure devant les grands bateaux des conquérants. Comme toujours, c’est celui qui a le plus gros qui gagne !

La couleur de ces peuples, qu’ils soient très foncés ou plus clairs de peau selon les lieux n’avaient aucune importance. Ils n’étaient pas blancs. Au pire le jaune était accepté car on pouvait faire affaire avec eux, et puis, ils avaient bâti un empire, mieux valait ne pas trop s’y frotter.

Ah que ce fut bon pour ces occidentaux à peau de porcelaine pour les plus riches, de dominer ces peuples déshumanisés. L’esclavage avait commencé.

Ce ne sont pas ces années depuis l’abolition de l’esclavage, qui auront redonné aux peuples meurtris, leur liberté, leurs richesses, leur droit de vivre comme ils l’entendent…heureux, cool ! Ah non, vous êtes français maintenant et vous avez des devoirs. Ils ont tous les inconvénients du peuple français (Taxes, impôts, obligation de s’assurer, assurer la voiture, la maison, obligation scolaire avec frais d’uniformes entre autres, taxe d’octroi de mer ramenant la plupart des prix à 30% plus cher qu’en Métropole) sans en avoir les avantages (Place dans la société que ce soit en DG d’une banque ou en politique, le blanc est-il prêt à avoir un président noir ou Tahitien ? Un salaire permettant de partir en vacances régulièrement. Des maisons qui résistent aux éléments à des prix accessibles. Des terrains eux aussi à des prix moins prohibitifs).

Tous ces problèmes contribuent à la pauvreté des habitants des DROM-COM-TOM. Je suis témoin de ce qui se passe actuellement en Martinique et franchement, ça me fend le cœur.

Bien sûr, il y a des droits, ici, comme en métropole, le droit au chômage et ses allocations, le droit aux allocations familiales, au RSA, le droit à la petite  ou grosse enveloppe de l’UE ou celle du gouvernement appelée subvention. Plus on reçoit de subventions ou d’allocations, moins on a le droit de travailler comme on veut, comme avant. Il faut suivre les règles, même si elles ne sont pas bonnes pour ici, ce n’est pas grave, il y aura des subventions.

Pour faire pousser plus vite et avoir plus de rendement avec moins de pertes, utilisez du Chordécone, oui, il y en a qui déconnent vraiment là ! A qui sert le chlordécone ? Et bien à endiguer voire éliminer si c’est possible le charançon du bananier. Evidemment ce pesticide n’agit pas sur tous les charançons parasites, juste sur celui du bananier. Et comment il est arrivé là le charançon ? Pas à la nage, il est originaire d’Afrique et d’Amérique du Sud. Il avait une chance sur deux de s’acclimater, et bien il l’a fait ! Par contre, les parasites naturels qui fonctionnent très bien dans les pays d’origine n’arrivent pas à supporter le climat des Antilles ! C’est ballot, non ?

Alors pourquoi ne pas continuer les chloredécone puisque ça fonctionne ? Rien à fiche que les autres pays l’aient interdit, l’occidental, le grand manitou français, l’Etat veut manger des bananes. Bon, jusque-là, OK ! Mais alors, pourquoi sur les étals des magasins en métroplole, les bananes viennent du Costa Rica, et d’ailleurs, mais rarement des Antilles françaises ? Cherchez l’erreur ! A côté de ça, il y a les bananes Bio qui ne sont bio que dans leur pays d’origine mais en passant les frontières, elles obtiennent l’appellation par équivalence…lamentable !

La canne à sucre et le symbole de la Martinique, de la Guadeloupe etc…grâce au rhum blanc ou ambré. Là encore, la Martinique se trouve actuellement avec un énorme souci que seul le fric peut résoudre. Il y a des années, on ne se serait pas posé de questions, on aurait juste réparé, chacun aurait mis son savoir-faire en œuvre, mais voilà, l’assistanat et les obligations de demander ceci, cela, au lieu de se débrouiller, font que le rhum martiniquais n’a peut-être plus aucun avenir, le sucre non plus. L’usine du Galion est en mauvais état. Lâché par les derniers descendants des esclavagistes qui ont encore main basse sur les richesses des îles, les faiseurs de boissons qui réchauffent le cœur et font chanter se retrouvent sans usine pour transformer la canne à sucre en jus de canne, en sucre, en rhum…

Il ne faut pas réparer cette usine tel qu’elle, elle est trop polluante, mais le chordécone pour les bananes, ça, pas de problème. Bien sûr, il y aurait bien une solution…avec laquelle une entreprise raflerait tout le rhum du Galion.

Dans 3 mois, la saison commence, les producteurs de canne à sucre ne savent pas comment et si leur travail actuel aboutira à la transformation d’une manière ou d’une autre dans cette usine du Galion. Comment savoir s’il faut prévoir les contrats de travail pour les saisonniers par exemple ? Vous me direz, pas grave, il y a aura les subventions ! Mais alors, pourquoi ces subventions ne sont-elles pas octroyées pour racheter une chaudière neuve ou laisser réparer les tubes de la chaudière actuelle ?

L’Etat trouve aussi le moyen de monter les îles des Antilles les unes contre les autres en permettant l’une de commercialiser en métropole tant de marques différentes de rhum alors que l’autre en aura moins. Pourquoi ne pas toutes les présenter ?

C’est comme les bières, il y en a brassées ici, le saviez-vous ?

L’Etat utilise l’assistanat, les subventions pour contrôler ces petits paradis de cartes postales. Bien fiers, les présidents et autres ministres foulant le sol de ces trésors. Mais sont-ils allés voir comment vivent tellement de leurs « citoyens » et non « concitoyens ». Ils n’ont pas les mêmes valeurs !

 

Côté internet

Internet est hyper cher ici en Martinique, et je pense que c’est pareil ailleurs dans tous les DROM-COM-TOM. Pourquoi n’aurions-nous pas un tarif calé sur ceux de la métropole ?

Pourquoi ne pouvons-nous pas commander des articles sur le Net et les faire envoyer chez nous ? Nous sommes aussi en France ! Ce qu’internet semble ne pas savoir. Quand on commande, on voit s’inscrire: « La livraison est impossible dans votre pays. »

Pourquoi ne pouvons-nous pas être testeurs ou répondre aux sondages sur le Net ? Nous sommes des consommateurs comme les autres ! J’en reparlerai dans un autre article consacré à ce seul élément.

Bien entendu, s’il on est dans les hauteurs et assez éloignés du bourg, on risque d’avoir des problèmes de connexion. Par contre, dans les villes en plaine, pas de problème, à condition toutefois de se renseigner avant sur les couvertures et meilleures connexions.

Merci pour vos lectures, n’hésitez pas à laisser un petit mot.